Voilà près de 16 semaines que vous avez quitté votre emploi salarié pour donner naissance à votre bébé et vous occuper de lui pendant ses premiers jours. Votre congé maternité touche à sa fin et il est temps de reprendre le travail. Que vous ayez hâte de retrouver une vie active ou que vous
craigniez l’échéance, cette étape ne s’improvise pas. Aujourd’hui, je vous donne quelques conseils pour passer le cap avec sérénité.

Pensez à vous

Le premier est plus qu’un conseil. C’est une nécessité : pensez à vous !
Vous aviez déjà les casquettes de femme, de conjointe et de salariée. Vous venez d’ajouter celle de maman ! Pour mener toutes vos vies de front, vous allez avoir besoin d’énergie. Alors, pensez à la
préserver.
Même (et surtout) si vous vous sentez dépassée, accordez-vous du temps, uniquement pour vous…
sans enfant ni conjoint ou conjointe ! Du temps pour faire du sport, lire, prendre un bain de soleil, vous faire chouchouter dans un institut… ou ne rien faire du tout ! L’important, c’est que vous
rechargiez vos batteries.
Ce n’est qu’en étant pleinement en forme que vous pourrez vous consacrer efficacement à toutes les responsabilités qui vous incombent.

Travaillez en équipe

Car oui, votre nouveau rôle de maman vous confère des obligations. Mais n’oubliez pas que d’autres que vous peuvent s’occuper du nouveau-né que vous avez mis au monde. Et c’est là qu’intervient mon deuxième conseil : travaillez en équipe !
Dans la majorité des cas, vous n’avez pas fait cet·te enfant toute seule. L’autre parent a également des responsabilités vis-à-vis de ce petit être. Alors, prenez soin de votre bébé ensemble !
Mais je vous encourage à élargir l’équipe. L’épanouissement et l’éveil d’un bambin ne passent pas uniquement par le couple parental. Il y a bien d’autres personnes pour vous soutenir dans cette merveilleuse aventure. Heureusement pour les mamans solos, d’ailleurs !
Vous connaissez certainement ce proverbe africain qui dit qu’« il faut tout un village pour élever un enfant ». Appuyez-vous sur votre propre village pour transmettre au vôtre, tout ce dont il a besoin pour bien grandir. La dimension géographique n’entre pas en compte, ici. Il s’agit de constituer un groupe de personnes bienveillantes qui seront prêtes à vous épauler, quand vous en aurez besoin.
Si vous avez la chance d’avoir de la famille, les grands-parents, les oncles et les tantes seront certainement ravis de s’occuper de votre bébé, de temps en temps. Pensez également à vos amis les plus proches pour garder votre bout de chou. Enfin, n’oubliez pas les professionnel·le·s de la petite
enfance, comme les assistantes maternelles, les crèches, les haltes-garderies… qui vous permettront
de reprendre le travail sereinement.

Revoyez l’ordre de vos priorités

Mon troisième conseil : revoyez l’ordre de vos priorités.
Pendant votre congé maternité, vous organisiez votre temps comme vous le vouliez. Bientôt, des horaires de travail vous seront imposés. C’est tout votre quotidien qui va être chamboulé et bien sûr,vous n’aurez pas le temps de faire tout ce que vous faites actuellement.
Surtout, ne culpabilisez pas ! Les femmes qui réussissent à mener de front une carrière fulgurante et une vie de famille épanouie tout en entretenant parfaitement leur maison n’existent que sur Instagram ! Dans la vraie vie, on fait des compromis.
Demandez-vous ce qui est le plus important pour vous. Et lâchez du lest sur le reste.
Vous pouvez aussi vous faire aider au quotidien. Essayez d’instaurer un partage équitable des tâches domestiques, avec votre moitié. Et si vous en avez les moyens, faites appel à des entreprises spécialisées dans les services à domicile pour déléguer certaines activités chronophages.
Mais surtout, acceptez que tout ne soit pas parfait !

Préparez la séparation

Souvent, plus que la reprise du travail, c’est la séparation d’avec son bébé qui fait peur. Mon quatrième conseil est donc de bien la préparer.
Là encore, ne culpabilisez pas ! Vous avez le droit de travailler. Vous avez le droit d’avoir une vie et de vous épanouir en dehors de votre enfant. Cela ne fait pas de vous une mauvaise mère.
Mais vous devez aussi accepter l’idée que quelqu’un d’autre que vous saura s’occuper de votre nouveau-né ! Le meilleur moyen de vous en convaincre est de sélectionner votre mode de garde avec soin. Pour votre tranquillité d’esprit, vous devez avoir une confiance absolue dans la ou les personnes
qui seront amenées à s’occuper de votre enfant. Si vous êtes rassurée par l’environnement dans lequel vous allez laisser votre bébé, vous ne lui transmettrez pas d’angoisse excessive.
Pour faciliter la transition, mettez en place une période d’adaptation. Les assistantes maternelles et les crèches proposent généralement d’accueillir votre enfant sur de courtes périodes, avant votre reprise du travail. Cela permet au bébé, comme à ses parents, de s’habituer en douceur à la
séparation.
Enfin, sachez que parfois, un doudou peut aider. Dans les années 1950, le pédiatre anglais Donald Winnicott a montré que certains enfants vivaient mieux la séparation grâce à ce qu’il a nommé un
« objet transitionnel ». Le doudou, à l’odeur familière, vient rassurer et réconforter l’enfant en l’absence de sa mère.

Et si on n’a pas envie de se séparer…

Et si on n’a pas envie de se séparer ? Pour certaines, la séparation peut être une vraie souffrance et ce sentiment est tout à fait acceptable.

Si vos finances vous le permettent, autorisez-vous du temps supplémentaire avec votre enfant. Si ce n’est pas le cas, il est peut-être temps de repenser votre plan de carrière. Vous pouvez négocier un
temps partiel avec votre employeur ou décider de créer votre emploi sur mesure.
–  En devenant assistante maternelle agréée, par exemple, vous pourrez travailler de chez vous et vous occuper de votre enfant, en plus de ceux qui vous seront confiés.
–  Les métiers du web offrent aussi de nombreuses possibilités aux femmes qui souhaitent travailler tout en s’occupant de leurs enfants.
–  Et pourquoi ne pas nous rejoindre chez Miel Citron ? Pour notre réseau de vente à domicile autour de la périnatalité et de la petite enfance, nous recherchons des conseillères indépendantes dans toute la France.

Si vous désirez vous créer une activité professionnelle compatible avec votre vie de famille, cliquez sur le lien juste en dessous

Je vous dis à très vite pour la suite. 

Envie d'aider d'autres parents ?
D'une activité qui a du sens et compatible avec votre vie de famille ?

Rejoignez le réseau Miel Citron
(Candidature gratuite et sans engagement)