Sélectionner une page

Ca y est c’est décidé, vous en avez ras-le-bol de votre job, de votre plante verte en plastique au fond du bureau, de votre boss, de votre collègue dépressive et du café imbuvable de la machine (toujours en panne) à la cantine : vous allez changer de boulot ! Et même pourquoi pas carrément changer de métier (ben oui quoi, on n’est pas là pour faire les choses à moitié non plus !!!). Mais, concrètement, comment ça se passe une reconversion professionnelle ? Par quoi on commence ?

Miel Citron le Mag’ vous donne quelques clefs pour prendre « dans les règles » les choses en main !

Règle numéro 1 : on en parle !

Ruminer et faire les choses dans son coin sur un coup de tête … ça n’est pas forcément la meilleure façon d’analyser les faits et de prendre les bonnes décisions ! Alors, parlez-en à votre entourage (personnel ou professionnel) et renseignez-vous sur les possibilités existantes dans votre entreprise en termes de reconversion professionnelle (depuis la mise en place du CPF, les services RH ont normalement un certain nombre d’éléments sous le coude à vous communiquer à ce sujet). Un rendez-vous peut même vous être proposé si vous le souhaitez.

N’hésitez pas à opter pour un bilan de compétences, que vous ayez déjà une idée précise (ou non) de la reconversion que vous souhaitez. Prenez votre temps et surtout consultez les personnes qui vous connaissent le mieux. Et si vous êtes cadre, l’APEC peut aussi être un bon allier dans votre cheminement.

Règle numéro 2 : menez votre enquête !

Grâce à internet et grâce aux réseaux sociaux, il est maintenant assez facile d’en savoir plus sur un métier, sur ses contraintes et ses avantages. Il existe également de nombreux forums à destination des personnes en recherche d’un renouveau professionnel, ainsi que de nombreux accompagnements de type coaching accessibles sur la toile. Linkedin, réseau social destiné aux professionnels de tous horizons, peut aussi être une mine d’or en vous permettant d’en savoir plus sur le profil et sur les missions de vos contacts mais aussi d’entrer facilement en lien avec des personnes dont les fonctions vous séduisent au premier abord. En savoir plus sur le métier qui nous plait à première vue en se confrontant à l’expérience de ceux qui le vivent réellement est essentiel !

Mais attention : reconversion professionnelle ne veut pas forcément dire faire table rase du passé et repartir à zéro dans une branche à l’opposé de ce qu’on faisait jusqu’à lors. Faites le point sur ce que vous appréciez particulièrement dans vos fonctions actuelles et sur ce qui vous pèse le plus, sur vos points forts et vos points faibles, sur vos objectifs aussi (en termes de salaire, de responsabilités, de tâches, de temps de travail.) pour trouver ce qui vous conviendrait le mieux. Ne rejetez pas tout en bloc : il est aussi possible que le job de vos rêves se cache en fait au bout du couloir ou à l’étage supérieur dans votre propre société !

Règle numéro 3 : accordez-vous du temps !

La précipitation n’est que très rarement notre alliée quand il s’agit d’une reconversion professionnelle ! Prenez donc bien le temps de faire le point sur vos envies, vos freins, la réalité du terrain, la faisabilité de votre projet… et essayez de trouver un maximum de soutien auprès de vos proches ! En effet, si votre souhait de renouveau professionnel a un impact sur votre vie de famille (baisse de vos revenus, modification de l’emploi du temps etc), il vaudrait mieux que vos proches vous soutiennent un minimum dans cette aventure… sans quoi il sera encore plus difficile pour vous d’assumer vos choix et d’aller jusqu’au bout de vos projets (en particulier si vous devez reprendre une formation par exemple, investir du temps et de l’argent dans le projet etc). Et il n’y a rien de pire que de s’investir à fond pour au final renoncer à ses rêves et retrouver une situation qui ne nous convenait déjà plus à la base…

Prenez le temps également d’étudier toutes les possibilités qui s’offrent à vous, notamment en termes d’aides financières et de dispositions légales. Congé sabbatique (pour ne pas sauter complètement sans filet), prise en charge totale ou partielle des coûts de formation dans le cadre du CPF, formation en interne, demande de temps partiel, subventions diverses…. Faites le tour de l’existant et prenez les devants (pour certaines aides ou formations par exemple, le dossier de demande doit être déposé au moins 3 à 6 mois à l’avance ! ). N’hésitez pas non plus à demander l’aide des syndicats si votre employeur tente de vous mettre des bâtons dans les roues, l’idée n’étant pas d’aller au clash mais bien de trouver une solution pouvant convenir à tout le monde !

Si la prudence, le temps et la réflexion sont les principales clefs d’une reconversion professionnelle réussie, le cœur de tout ça doit néanmoins être VOS rêves, VOS envies, VOS besoins. Nous n’avons qu’une seule vie et nous y passons une très grande partie au travail alors, même si le job parfait n’existe probablement pas (quoi que…) il est important de s’en approcher le plus possible. Les parcours professionnels « linéaires » sont de plus en plus rares depuis une quinzaine d’années et cela n’est pas prêt de s’arranger bien au contraire alors osez rêver (tout en gardant toujours au moins un orteil sur terre) et croyez en vous. Le positif amène le positif et comme le dit le proverbe « à l’impossible nul n’est tenu ».

En quête d’inspiration ? Rendez-vous sur www.nouveau-chapitre.com