Sélectionner une page

Il n’y a encore pas si longtemps, quand on passait un diplôme c’était pour trouver un emploi « dans sa branche » et si possible trouver l’entreprise (avec un L’E majuscule ! ) dans laquelle on ferait toute sa carrière et où, idéalement, on pourrait évoluer pour se retrouver à une « bonne place » avant que l’heure de la retraite ne sonne.

Mais ça, c’était avant. Avant les différentes crises sociétales et financières qui ont conduit à la fermeture de bon nombre de grandes entreprises. Avant l’émergence de l’intelligence artificielle et des nouvelles technologies qui permettent aujourd’hui à un robot de remplacer plusieurs êtres humains pour la réalisation des tâches. Avant l’arrivée des micro-entreprises, du compte personnalisé de formation, de la défiance du système scolaire classique etc.

 

Ainsi, depuis quelques années (et cela n’est pas prêt de s’arrêter) on voit surgir dans le monde du travail ce qu’on appelle des « profils atypiques ». C’est-à-dire des personnes dont le parcours professionnel n’est pas forcément très cohérent au premier abord. Des personnes qui ont déjà eu plusieurs vies professionnelles, qui ont travaillé dans des domaines variés (parfois même complètement opposés) et qui savent mettre en avant les multiples compétences qu’elles ont pu développer à chaque emploi occupé. Ces personnes peuvent avoir eu un parcours non « « linéaire » par choix (« ça ne me plait plus donc je pars sur autre chose ») mais pas forcément (mutation du conjoint, perte d’un emploi sans possibilité de retrouver l’équivalence à proximité de son domicile, accidents de la vie, problèmes de santé…). Et le nombre de ces personnes devraient croître au cours des prochaines années compte-tenu des nombreuses évolutions attendues dans le monde du travail pour les décennies à venir.

Quand on sait que de très nombreux nouveaux métiers qui n’existent pas encore devraient voir le jour d’ici 2020 pour permettre aux entreprises de continuer à se développer (dans les nouveaux métiers qui existent déjà on peut par exemple citer les Chief Happiness Officer, les Community Manager …), on se rend compte que c’est justement aux profils atypiques que l’avenir appartient !

Et oui, des personnes qui acceptent de sortir de leur zone de confort pour apprendre de nouvelles choses, réaliser de nouvelles tâches et changer complètement de missions, c’est de l’or en barre pour les entreprises de demain ! Du fait de leur expérience professionnelle,  ces personnes peuvent par ailleurs contribuer à l’amélioration de certains process dans l’entreprise par exemple en s’inspirant de ce qu’elles auront vu (qui fonctionne ou non) auprès de leurs précédents employeurs. Ces personnes ayant déjà développé un certain nombre de compétences variées, leur formation pourra prendre moins de temps (elles seront donc opérationnelles et « rentables » plus vite) et elles sauront peut-être même transmettre ce qu’elles savent déjà aux autres salariés.

Le hic dans tout ça ? Ce sont les entreprises elles-mêmes qui doivent justement apprendre à changer leur mode de fonctionnement pour ouvrir la porte de plus en plus à ces personnes dont le profil ne correspond pas aux « standards » appréciés jusqu’ici dans le monde du travail. Il va falloir apprendre à regarder au-delà des titres et diplômes obtenus par les candidats et s’intéresser à la personne elle-même (ses envies, ses projets, ses compétences réelles…). Il va falloir aussi apprendre à s’adapter à chacun pour personnaliser au maximum les outils, les modes de management, les formations etc.

Bref, du côté de l’entreprise aussi la révolution est en marche ! Et cette révolution s’inspire étonnement de celle qu’on voit émerger dans la parentalité : adapter sa façon de transmettre les choses plutôt que de faire absolument rentrer les personnes dans un moule, s’intéresser à la personne-même plutôt qu’à ce qu’on projette pour elle, rendre l’individu acteur de son propre devenir plutôt que d’attendre de lui qu’il devienne un parfait petit soldat programmé pour faire (uniquement) ce qu’on lui demande.

C’est d’ailleurs pour cette raison et dans cet esprit que Miel Citron a été créée, en donnant la possibilité à des personnes (venant d’horizons divers mais avec la même volonté de faire changer les choses) d’intégrer la société en tant que salariés, correspondants, partenaires ou même actionnaires.

 

Alors si vous sentez que vous avez un profil atypique, si vous avez comme souhait de faire évoluer les choses positivement (pour vous-même, pour vos enfants, pour la société, pour la planète…), n’hésitez pas à nous rejoindre !

 

Publication initiale Janvier 2019